Es-tu prt  mourir pour moi ?

C1_Papiers.png


EN LIBRAIRE
LE 01/01/1997

Essai
448 pages
28,95 $
2-89485-050-6

Bookmark and Share

Papiers intimes

par Jacques Ferron, Ginette Michaud, Patrick Poirier

LE LIVRE

Les textes rassemblés dans cette première livraison des « Cahiers Jacques Ferron » ont pour visée d'éclairer un aspect demeuré à ce jour un peu en retrait de l'œuvre de Jacques Ferron: l'écriture autobiographique ou, pour être plus précis, les fragments de son double roman familial, encore pour une large part inédit. Ces textes permettent de mesurer pour la première fois l'investissement considérable de Ferron dans ce genre, un engagement beaucoup plus profond qu'il n'y paraissait à partir des seuls textes publiés de son vivant. 

À la manière des deux côtés, Guermantes ou Méséglise, qui ordonnent les promenades de la recherche de Proust, le roman familial de Ferron se divise en deux parts, selon qu'il interroge la branche paternelle ou maternelle de son arbre généalogique. C'est ce double héritage légué par les figures parentales qui articule ici tant les fragments autobiographiques que les deux études portant sur ces papiers de famille. Ginette Michaud retrace, dans « Fragments d'origine », l'essentiel de l'héritage légué par le père, des lettres de jeunesse aux textes autofictionnels des années soixante-dix. Patrick Poirier explore, dans « Feu Jean-Jacques, ou le legs maternel », l'autre versant de cet héritage, celui qui, avec la perte du nom, marque davantage le défaut de l'autobiographie chez Ferron.

Ces papiers intimes offrent en outre trois types de documents inédits: la correspondance échangée par le père et le fils; une série d'historiettes autobiographiques d'abord parues dans L'information médicale et paramédicale; enfin, certains fragments et variantes inédits du Fonds Jacques-Ferron. Entre les omissions et les répétitions, les paroles vraiment dites et leurs échos lointains, le lecteur trouvera dans ces papiers intimes une configuration textuelle mouvante, certes marquée par l'inachèvement et la perte mais aussi infiniment éclairante de l'écriture autobiographique telle que la pratiquait Jacques Ferron.

 

Jacques Ferron

Médecin, écrivain et homme politique, Jacques Ferron est une véritable légende de la littérature québécoise.
Auteur polyvalent et prolifique, Ferron a abordé tous les genres littéraires, du théâtre à l'essai. Son style remarquable est au service d'une écriture socialement et culturellement engagée.

« Jacques Ferron est le seul romancier québécois qui ait tenté, tout au long d’une oeuvre maintenant essentielle, de nous donner une mythologie. Son écriture d’ailleurs hésite toujours entre le mythe et le réel, entre l’imaginaire, le rêve québécois et le quotidien. »
Victor-Lévy Beaulieu

Jacques Ferron a reçu entre autres le prix du Gouverneur général en 1963 pour ses Contes du pays incertain, le prix Duvernay en 1972 pour l'ensemble de son oeuvre, ainsi que le prix David, en 1977.

Du même auteur:

 

Ginette Michaud

Ginette Michaud est professeure agrégée au Département d’Études françaises de l’Université de Montréal, où elle enseigne les littératures française et québécoise. Elle a dirigé de 1992 à 1995 le projet de recherche « Famille, nation, folie : politiques du sujet dans l’œuvre de Jacques Ferron » et depuis 1997 un autre projet intitulé « Jacques Ferron inédit : la succession de l’œuvre, enjeux et perspectives », tous deux subventionnés par le CRSH. Outre ses nombreux articles dans les principales revues québécoises, elle a publié un essai sur Joyce (avec Sherry Simon, Hurtubise HMH et le Castor Astral, 1996), lire le fragment. Transfert et théorie de la lecture chez Roland Barthes (Hurtubise HMH, 1989) qui lui a valu le prix Victor-Barbeau de l’académie des lettres du Québec en 1990 et, en collaboration, Montréal imaginaire (Fides, 1992), qui a mérité le prix Gabrielle-Roy pour le meilleur essai critique en 1993.

Du même auteur:

 

Patrick Poirier

PATRICK POIRIER est étudiant au Département d'études françaises de l'Université de Montréal, où il a terminé en 1994 un mémoire de maîtrise portant sur les questions du sujet, de l'écriture et de la folie dans Le pas de Gamelin, grand Œuvre inédit de Jacques Ferron : Au sujet de l'autre Ferron. Expérience de l'écriture au seuil de Gamelin. Membre du projet de recherche interuniversitaire Éditer Jacques Ferron : la suite de l’œuvre, il a préparé et commenté, avec Ginette Michaud, la première édition des « Cahiers Jacques-Ferron », Papiers intimes. Fragments d’un roman familial : lettres, historiettes et autres textes (Lanctôt éditeur, 1997). Il a également collaboré à L’autre Ferron (sous la direction de Ginette Michaud, avec la collaboration de Patrick Poirier, Fides-Cétuq, « Nouvelles Études québécoises », 1995) et à la réédition du premier roman de Jacques Ferron, La charrette. Il termine actuellement une thèse de doctorat sur la pensée de l'écriture et de la responsabilité dans l'œuvre de Maurice Blanchot.

Du même auteur: