Es-tu prt  mourir pour moi ?

C1_Emilie.png


EN LIBRAIRE
LE 01/01/2000

Théâtre
96 pages
11,95 $
2-89485-134-0

Bookmark and Share

Émilie ne sera plus jamais cueillie par l'anémone

par Michel Garneau

LE LIVRE

 

Michel Garneau

Michel Garneau a écrit une soixantaine de pièces de théâtre et publié une quarantaine de livres, parmi lesquels des recueils de poésie. Il a animé pendant neuf ans une émission de radio, Les décrocheurs d’étoiles, pour Radio-Canada.

Artisan de la langue, reconnu pour son talent, il a reçu le prix du Gouverneur général du Canada en 1978 pour Les petits chevals amoureux et en 1990 pour Mademoiselle rouge.

Du même auteur:

 

« Il ne s’agit pas d’une pièce sur Emily Dickinson
il ne s’agit pas d’une pièce biographique
je ne cite pas Emily parfois je la paraphrase
le texte provient de ma lecture d’Emily
de certains instants de sa vie
de certains instants de ma vie
de ma grande amitié pour
la cousine des écureuils

à force de la lire un jour je l’ai vue
sachant que c’était mon Emily que je voyais
et qu’il n’y a plus d’Emily objective

à force de la voir un jour j’ai écrit
« cousine des écureuils »
pour la regarder
puis Emily est devenue Émilie
en écrivant pour Michelle
et Lavina la sœur d’Émily
dont je sais seulement
qu’elle a existé
est devenue uranie
en écrivant pour Monique

mon Émilie aurait habité Saint-Antoine-sur-le-Richelieu
ou Saint-hyacinthe »

                MICHEL GARNEAU

« Émilie ne sera plus jamais cueillie par l’anémone du Québécois Michel Garneau est une pièce surprenante, profondément jubilatoire. Rien d’autre à voir que la complicité de deux sœurs qui parlent du grand tout et des petits riens, de Dieu et des confitures, avec humour et simplicité. [...] Face aux lourdeurs d’un Claudel, la petite musique de Michel Garneau est de celles qu’on garde longtemps au creux de l’oreille. Avec le rire cristallin d’Émilie, inoubliable dans sa somptueuse solitude. »
L’Hebdo
, Genève, janvier 1989.

« Émois, petites fugues, vertiges et rires : la pièce du Québécois Michel Garneau dit la mémoire des mots et du monde. Quelque chose d’unique et de totalement généreux : un cadeau à l’imaginaire du spectateur, une incitation au voyage intérieur sans cesse renouvelé. Car, c’est de cela qu’il s’agit tout au long de cette pièce traitant d’harmonie et d’amour réussi. »
Le Lausanne
, janvier 1989.